Les particularismes qui distinguent les Valdôtains des Italiens sont de deux sortes :

  • Les particularismes hérités.
  • Les particularismes acquis.

Ces deux formes de particularismes assurent la base de l'autonomie obtenue par l'Assemblée constituante de la République italienne le 31 janvier 1948, lors du vote du Statut Spécial de la Vallée d'Aoste.

Particularismes hérités :
Les origines des Valdôtains sont différentes des origines romaines et justifient à elles seules l'autonomie de cette région.
Les Romains ne se sont reconnus aucune affinité avec le peuple salasse. Cette distinction les a conduit au massacre de l'an 25 av. J.-C.. ( 36 000 tués ou vendus comme esclaves et 8 000 jeunes enrôlés de force dans les légions)
Les Préfets et généraux romains attribuaient les difficultés et déboires subis par leurs légions au fait que la population de ce territoire occupé était différente d'eux. « Des Barbares ».
Les Salasses (Celtes) ancêtres des Valdôtains, voilà le particularisme de base, celui que nul ne pourra jamais effacer.
Autre particularisme hérité : l'environnement alpin. La Vallée d'Aoste est un pays intramontain, enfermé dans une cuvette au climat et à la façon de vivre totalement particuliers.

Particularismes acquis :
Parmi les nombreux particularismes acquis notamment dans les domaines administratif, judiciaire et fiscal, la francophonie est certainement la plus caractéristique. D'où la constante pression des italophones pour lui nuire, voire, pour la faire disparaître des usages de cette région.
Officialisée par l'Assemblé Constituante de 1948 qui dit dans l'article 38 du Statut Spécial : « La langue française et la langue italienne sont à parité en Vallée d'Aoste » elle avait déjà été reconnue par le Duc de Savoie, Emmanuel Philibert, le 22 septembre 1561en ces termes : « … savoir faisons que ayant toujours et de tout temps été la langue française en notre pays d'Aoste plus commune et générale que point d'autre ; et ayant le peuple, et sujets dudit Pays averti et accoutumé de parler la dite langue plus aisément que nulle autre, aurions entendu que, non obstant nos dits statuts et ordonnances… disons et déclarons notre vouloir et délibération être résolument que audit Pays et Duché d'Aoste, nulle personne quelle que ce soit ait à user tant es procédure des procès et actes de justice, que à coucher contrats, instruments, enquestes ou autres semblables choses d'autre langue que la française… »


Accueil - Pays - Peuple - Particularismes - Écrire