L’émigré valdôtain

Parfait Jans, né en 1926, à Levallois-Perret, France. Origines valdôtaines de père et de mère issus du village de Lillianes, dans la vallée de Gressoney, extrémité sud-est de la Vallée D'Aoste

1 Enterré sans préavis avant d’avoir trépassé !
Une situation ubuesque rarement constatée.
Le ciel lui-même surpris gronde et tonne
Il en a vue de cruelles et pourtant il s’étonne.
Voyez Vénus étoile du berger si tôt levée
Son doux regard blessé tarde à étinceler.
Impensable difficile à imaginer pas vrai ?
Et pourtant cela s’est produit sans frais.
Méchamment ou bêtement allez savoir ?
Désormais l’émigré chemine sans espoir.
- Est-il d’ici ? Questionne la commère.
- Plutôt de là-bas répond le compère.
Mais où se trouvent « son ici » « son là-bas » ?
Toute sa vie il s’interrogera.

2 Ses grands-parents son père sa mère
Originaires de cette Vallée si chère
Son fils son enfant trop vite parti
Tous dorment en paix auprès du Lys.
Il les rejoindra un peu plus tard
D’ici peu de temps sans retard.
Il est fils d’immigré né en France
À Levallois où il a vécu son enfance
Mais il chérit ses montagnes valdôtaines
Blancs névés verts pâturages pures fontaines.
Levallois est-il « son ici » ?
Et la Vallée « son là-bas » ?
On le lui serine parfois : ici n’est pas « ton ici »
Et il s’interroge : et si « mon ici » était là-bas ?

3 Tout faire pour créer de bonnes relations
Sans cesse prouver ses bonnes intentions
Veiller avec soin sur la maison familiale
Envers tous se montrer franc et loyal
Autant de raisons jugées insuffisantes
Pour obtenir une totale confiance.
Il n’est ni ne sera jamais des leurs
Même si son sang est égal au leur.
Quoi qu’il dise et fasse valoir
Il sera toujours considéré à part.
Mais alors « son ici » n’est donc pas là ?
On peut donc le prétendre de là-bas ?
Et pourtant il n’y trouve pas « son ici ».
De ce charabia on peut être las aussi.

4 Emigré au pays immigré ailleurs
Chien errant vit sans demeure.
Peut-il se prétendre chez lui
Si ses parents lui nient « son ici »
Et si bon leur semble lui contestent
Ses souvenirs et tous ses gestes
Son droit de venir et d’aller
Sans qu’il puisse au moins regimber ?
Ainsi va le parent émigré-immigré
Sans jamais savoir à qui se fier.
Ici il se sent chez lui mieux que là-bas.
Là-bas il se sent chez lui mieux qu’ici.
Mais où situer « son ici » et « son là-bas »
Si là-bas et ici il se sent bien chez lui ?
Et tant pis pour les sots !

Parfait Jans
(Tiré de » « Ma Vallée, mes peines, mes colères » le 04/12/2010)



Bon Noël et meilleurs vœux Pour 2011


Accueil - Pays - Peuple - Particularismes - Écrire