De Dijon au Val d'Aoste
le dernier roman Valdôtain de Parfait Jans
(Octobre 2008)

Parfait Jans, né en 1926, à Levallois-Perret, France. Origines valdôtaines de père et de mère issus du village de Lillianes, dans la vallée de Gressoney, extrémité sud-est de la Vallée D'Aoste

A LIRE :
L'émigré Valdôtain

De Dijon au Val d'Aoste

Ce roman relate quelques instants de vie d’une famille immigrée, originaire du Val d’Aoste (région autonome située au Nord ouest de l’Italie).
            La famille Besace vit à Dijon où elle est installée depuis quelques années…
            Les immigrés n’aiment pas exposer les raisons de leur présence sur une terre étrangère. Les motifs économiques ou politiques figurent sur tous les questionnaires recueillis par les autorités du pays d’accueil, mais d’autres, très rares, sont tues parce que liées à des questions familiales ou à des démêlés avec la justice du pays d’origine.
                     


Certains arrivent dans le pays choisi les poches pleines, ils sont mieux acceptés, mais pour la très grande majorité, ils se trouvent totalement démunis et n’ont qu’une hâte, gagner de l’argent, non seulement pour survivre, mais aussi et surtout pour envoyer au pays l’aide vitale que la famille espère.

La présence des immigrés occasionne toujours des discussions, les pour et les contre. La question est souvent au centre des débats politiques, mais rarement, pour ainsi dire jamais, la curiosité pousse les habitants du pays d’accueil à essayer de comprendre l’immensité de la déchirure familiale que représente le départ de l’un de ses membres, père , mari, frère ou fils. Car ce drame existe, il est profond et souvent destructeur. Chaque candidat à l’émigration, qu’il soit argenté ou pauvre à ne pas manger à sa faim, subit ce traumatisme. Ce drame est trop intime pour être divulgué. Souvent ce silence s’étend aux enfants nés en terre d’accueil et alors les parents sont soumis à la question et doivent, un jour ou l’autre, sortir de leur mutisme. Parfois cette explication est délicate et difficile... Parler enfin du pays ouvre immédiatement la question d’une visite ou d’un retour définitif au pays. Mais là encore, l’émigré de retour subira un autre choc, car peu ou prou, il sera considéré, une nouvelle fois, non comme un étranger, mais comme un compatriote à part. La famille Besace, du roman « de Dijon au Val d’Aoste » passe, elle aussi, par tous les stades énoncés ci-dessus. 

En vente exclusivement sur ce site au prix de €6,95

Après avoir cliqué sur le bouton "Acheter", vous serez redirigé sur le site de paiement en ligne sécurisé de Paypal. Vous pourrez payer soit en utilisant votre compte PayPal, si vous en avez un, ou directement par carte banquaire. La transaction portera le nom de la société Cybird Inc gestionnaire du site www.jans-aoste.org

Disponible également auprès de l'auteur au format PDF.
Envoyez votre chèque à :
Parfait JANS
119, Grande rue
10130 Chessy les Près
N'oubliez pas d'indiquer votre adresse electronique afin de recevoir le fichier du livre.



Tout ce qui est particulier doit trouver sa forme particulière d'expression. La francophonie aussi. Les poètes et écrivains valdôtains francophones, sont nombreux et contribuent à la diffusion de la francophonie en Vallée d'Aoste. Voici une liste non exhaustive : Amédée Bertolin, Irma Bonfillon, Bréan, Séverin Caveri, Emile Chanoux, Teresa Charles, Maria Costa, Viviane Fava, Marco Gal, Marthe Jans, Pierre Lexert, Eugenia Martinet, Emile Proment.

Parfait Jans, avec "Les amoureux du trou du diable", "La famille Carcagne", "Le seing du tabellion", "Catherine de Challant", et, le dernier né : "Les Salasses - Râahm et Ariothe", ajoute aux efforts de ses contemporains et s'efforce de contribuer au développement de la francophonie valdôtaine.

Un écrivain régional. Le document "La littérature valdôtaine au fil de l'histoire" établi par le professeur Rosanna Gorris, en 1993, précise: "Parfait Jans par ses romans évoque l'histoire parallèle du peuple valdôtain, l'histoire des oubliés, des exclus comme celle du couple incestueux de "La famille Carcagne" qui se déroule pendant la période fasciste. Misère, solitude, isolement, mais aussi l'amour plein de tendresse de Marie et Clovis des "Amoureux du trou du diable" font de ces histoires "dures" et sur lesquelles... pèsent lourdement des témoignages d'une réalité trop souvent délaissée par des évocations édéniques. A ce Valdôtain émigré en région parisienne l'on doit d'ailleurs les premiers essais de roman policier ("De profundis à Saint-Vincent" et "La montagne pour seul témoin") et de science fiction ("Les mystères de la Chamoisière") dans la littérature valdôtaine".

Une thèse a été présentée à l 'Université de Milan, Faculté de Lettres et de Philosophie, par Mademoiselle Elena Lanterio, en 1996, sur "L'opera romanzesca di Parfait Jans, scrittore valdostano".

Alexis Bétemps, Professeur et Président du Centre d'Etudes Franco-Provençales de Saint-Nicolas, préfaçant "La famille Carcagne" a précisé: "dès les premières pages, un lecteur valdôtain se retrouve chez-lui...".

Bibliographie complète de Parfait Jans.


Accueil - Pays - Peuple - Particularismes - Écrire